Vous êtes ici

Imprimer

Rechercher

Développer ses habiletés de recherche

Cette section a pour objectif d'identifier les outils disponibles aux étudiants pour développer leurs habiletés de recherche.

Sommaire

Le processus de recherche

Avant la recherche

Définir le sujet de recherche

Il est important de bien définir le sujet de la recherche en des termes simples, afin d’être capable de repérer l’information rapidement. Le personnel de la bibliothèque est en mesure de guider les étudiants dans leurs processus de définition, afin de bien cerner les cadres du thème abordé.

Lorsque le sujet est bien établi, il faut ensuite procéder à le sectionner en termes uniques et précis, afin de pouvoir rechercher notre sujet dans des outils de recherche spécialisés. Par exemple, d’un sujet tel que “L’importance de Toulouse-Lautrec dans l’Art nouveau”, nous ne retiendrons que “Toulouse-Lautrec” pour interroger les  bases de données.

Cibler le type de documents recherchés

Pour des recherches longues demandant des sources étoffées, il est recommandé de se diriger vers des monographies et des sites Web de référence.

Pour des recherches courtes ou sur des sujets de pointe, c’est plutôt vers des articles de périodiques et d’ouvrages de référence qu’il faut se tourner.

Choisir un outil de recherche

Différents outils de recherche permettent de chercher des sources d’information différentes:

  • Catalogues de bibliothèques. Ils servent à trouver des livres.
  • Bases de données d’articles de périodiques. Elles servent à trouver des articles de périodiques. Elles peuvent être bibliographiques (on doit ensuite trouver l’article en version imprimée) ou en plein texte (la base de données nous donne accès à une version électronique de l’article).
  • Moteur de recherche ou répertoire Web. Ils permettent d’avoir accès à des sites internet. On sous-estime souvent leurs fonctionnalités de recherche avancée.

Pendant la recherche

Utilisation des opérateurs logiques

Une fois que le type de document recherché a été déterminé ainsi que l’outil dans lequel le trouver, il ne reste plus qu’à effectuer la recherche. Afin d’optimiser les résultats, il est judicieux d’utiliser les opérateurs logiques afin de lier les mots ensemble. Il en existe plusieurs:

Opérateur

Description

Exemple

OU

On se sert de OU afin d’obtenir des résultats contenant l’un des mots recherchés.

 

C’est la façon de chercher qui donne le plus de résultats.

Lors d’une recherche concernant les impressionnistes, il serait approprié d’entrer [monet OU manet OU renoir OU cézanne].

ET

On se sert de ET afin d’obtenir des résultats contenant obligatoirement tous les mots unis.

 

Les résultats sont moins nombreux qu’avec OU, mais ils sont plus précis.

 

Lors d’une recherche sur la découverte du Radium par Marie Curie, il serait approprié d’entrer [radium ET curie].

SAUF

On se sert de SAUF afin d’écarter un mot de la recherche.

Pour faire une recherche sur les démences séniles excluant l’Alzheimer, il suffirait d’entrer [démence SAUF Alzheimer].

 

Il existe également d’autres astuces de recherche, comme par exemple de mettre entre guillemets les mots recherchés, afin qu’ils apparaissent dans cet ordre. De cette façon, il est possible d’écrire [“Michel Tremblay”] au lieu d’écrire [Michel ET Tremblay]. Cela évitera d’obtenir des résultats contenant les mots Michel Séguin et Mara Tremblay. 

Après la recherche

Tri des résultats

Des résultats que l’on obtient lors de la recherche, il ne faut retenir que les plus intéressants. S’il n’y a pas suffisamment de résultats, c’est peut-être que les termes de recherches étaient trop précis, ou que l’utilisation des opérateurs logiques était trop sévère. On pourrait remplacer “ET” par “OU” par exemple, ou enlever les guillemets.

S’il y a trop de résultats, c’est peut-être que les termes étaient, au contraire, trop généraux ou que notre utilisation des opérateurs logiques englobait trop large. On pourrait remplacer “OU” par “ET”, par exemple.

Afin d’avoir de bons résultats, il faut en avoir aussi de moins bons. En général, si 10% à 25% des résultats sont intéressants, c’est que les termes de recherche étaient bien choisis et que l’utilisation des opérateurs était bonne. En dessous de 10%, c’est qu’il y a trop de mauvais résultats à trier. Il faudrait donc resserrer la recherche. Au-dessus de 25%, c’est qu’il n’y en a pas assez. On passe peut-être à côté de bons résultats, il faudrait donc élargir la recherche.

Validation des sources

Enfin, il est important de procéder à un examen de la validité des sources repérées. Cette étape peut sauver bien du temps par la suite en plus d’améliorer la qualité de la recherche. Voir la section Validation de l’information [lien vers la section Validation de l’information] pour des critères précis.

L’aide à la recherche au CRLA

La bibliothèque du CRLA offre aux étudiants de l’aide à la recherche. À tous les moments d’une recherche d’information, le personnel de la bibliothèque est en mesure d’aider les étudiants dans leur processus de recherche. L’aide à la recherche peut prendre plusieurs formes.

La gestion des sources

Il existe plusieurs outils servant à faciliter la gestion des sources documentaires. Pour une recherche courte ou moyenne, les outils intégrés à la plupart des suites bureautiques suffisent amplement.

Lorsque la quantité de sources utilisées est importante, l’utilisation d’un outil spécialisé peut être recommandée, comme par exemple, un logiciel de gestion bibliographique. Zotero et Endnote sont deux logiciels réputés en la matière. Il faut tenir en compte la possibilité d’un arrimage entre le logiciel de gestion bibliographique et le logiciel de traitement de texte ou le chiffrier utilisé pour la rédaction liée à la recherche.

La validation de l’information

La validité de l’information tient à la véracité des faits qu’elle contient et au consensus général sur le sujet. Est-ce que l’information que l’on utilise est considérée comme véridique par les experts sur le sujet? Est-ce que cette information tient compte des derniers développements sur le sujet? Il est important de répondre à ces questions avant d’utiliser des sources documentaires dans un cadre académique.

Lorsque l’on analyse la validité de l’information, il est important de prendre en compte le type de document utilisé. S’agit-il d’un livre, d’un article de périodique ou d’un site internet? Des critères similaires permettent de les évaluer, bien que ces critères n’aient pas la même importance d’un type de document à un autre.

Livres

  1. Autorité de l’auteur. L’auteur est-il reconnu dans son domaine?
  2. Critiques à l’égard du livre.
  3. Autorité de la maison d’édition.
  4. Date de publication.

 À surveiller avec les livres: Ceux où l’on ne mentionne ni la formation académique ni l’expérience de travail. Des commentaires flous comme “... sa connaissance personnelle du sujet et sa perception intuitive de ces problématiques...” ne sont pas des indices en la faveur de l’auteur. Il faut également faire attention aux rééditions où presque rien n’a changé. Lorsque le livre a été publié une première fois en 1967 et que la dernière réédition est récente, il devrait y avoir des points, dans le livre, qui utilisent des exemples récents.  

Articles de périodiques

  1. Présence d’un comité de lecture
  2. Prestige du périodique
  3. Autorité de l’auteur
  4. Date de publication
  5. Réception par les pairs.

À surveiller avec les articles de périodiques: lorsque l’on a sous la main un article d’un périodique scientifique (avec comité de lecture universitaire), la longueur des articles peut être trompeuse. Il y a souvent une longue partie de l’article qui est consacrée à expliquer la méthodologie de recherche des auteurs et à leurs références bibliographiques. Sur douze pages, on peut n’en avoir que cinq qui contiennent des informations sur notre sujet.

Sites web

  1. Réputation de l’institution ou de l'organisation hôte.
  2. Autorité de l’auteur.
  3. Date de mise à jour.
  4. Degré de détails sur les dates de diffusion des informations du site.

 À surveiller avec les sites web: Plusieurs documents ou informations disponibles sur les sites web proviennent de site d'organisation réputée. Dans ce cas, il est recommandé d'utiliser le document et la source originale. De plus, avec les publicités et les liens hypertextes, il est facile de se retrouver sur une page différente de la page originelle. Il faut faire attention à ne pas attribuer au mauvais site le crédit d’une référence. Il s’agit là d’une erreur méthodologique fréquente. En règle générale, si la racine de l’adresse du site change, c’est qu’il y a eu changement de site.

La conservation des traces de la recherche

Jusqu’à ce que les rédactions en lien avec la recherche d’information aient été prises en considération (corrigées, évaluées ou annotées par un enseignant dans la réalité collégiale) par leurs destinataires, il est de la responsabilité de l’auteur (l’étudiant(e) dans la réalité collégiale), de conserver un historique clair de ses recherches, au-delà de la simple bibliographie. L’auteur d’un document doit en effet être en mesure d’expliquer où ses informations ont été trouvées, surtout dans un contexte web.

Le plus simple pour ce faire est de conserver une médiagraphie détaillée de toutes les sources utilisées, en conservant les liens hypertextes ou les cotes des ouvrages utilisées, afin de pouvoir les retrouver rapidement. Pour une recherche sur le Web, il est également possible d’afficher, d’enregistrer et d’imprimer l’historique récent du navigateur.

Dans le cas de sites web éphémères ou instables, comme certains blogues ou sites d’informations mal archivés, il peut être judicieux de conserver une copie électronique d’un fichier html de la page web utilisée. Enregistrer une page web à des fins de preuve avec l’intention de détruire la copie, une fois que celle-ci ne sert plus, ne constitue pas une entorse au droit d’auteur.